La stérilisation

La stérilisation : Pourquoi? Pour qui? Comment?

Acte chirurgical devenu banal, il n'en est pas pour autant anodin et toujours sujet à débats et controverses. Petite mise au point sur les intérêts et le déroulement de la stérilisation des animaux de compagnie...

 

Pourquoi faire stériliser son animal de compagnie ?

Pour ne pas qu'il se reproduise

La première raison est bien sûr d'empêcher la reproduction et c'est une raison tout à fait essentielle. Tout d'abord ne s'improvise pas éleveur qui veut, élever une portée demande de l'argent (alimentation, vermifugations, identifications, vaccination) et surtout du temps pour le nettoyage, les soins, la socialisation. Il est donc indispensable d'avoir conscience de toutes ces contraintes et de ne pas s'y engager à la légère. La mise à la reproduction d'une femelle lui fait également encourir un certain nombre de risques sanitaires (sida chez la chatte, éclampsie, risque de complications à la mise-bas,...) Enfin, au vu du nombre d'animaux présents dans les refuges et associations, du nombre d'animaux euthanasiés par manque de place dans ces mêmes refuges et du nombre d'animaux errants (principalement les chats), empêcher son animal de compagnie de se reproduire est un acte de civisme. 

Pour le confort de vie de toute la famille

Pour les propriétaires les avantages de la stérilisation comme l'absence de chaleurs chez les femelles, la limitation du marquage (mâles principalement mais c'est vrai aussi pour les femelles), la limitation du problème d'odeur (l'odeur des urines des chats entiers est très forte ainsi que l'odeur corporelle des furets entiers par exemple), la diminution de l'agressivité interspécifique (au sein de la même espèce) et des fugues a aussi son importance.

Pour préserver sa santé

Mais surtout il ne faut pas oublier que la stérilisation a aussi des intérêts médicaux :

- prévention des risques de tumeurs mammaires et ovariennes,

- traitement des kystes ovariens (fréquent chez la chienne et le cochon d'Inde),

- prévention des infections de l'utérus et cancer de l’utérus (adenocarcinome uterin de la lapine très fréquent, pyomètre de la chienne et de la chatte),

- vital chez la furette en l'absence de reproduction car la sécrétion d’œstrogènes par les ovaires lors des chaleurs devient rapidement toxique et mortelle dans cette espèce,

- prévention des tumeurs du testicule, des pathologies de la prostate et des pathologies des glandes circumanales (glandes présentes autour de l'anus chez le chien), etc

A qui s'adresse cet acte chirurgical ?

Aux chiens et chats, mâles et femelles...

Pour des raisons évidentes de protection animale tous les chats mâles ou femelles destinés à être des animaux de compagnie et ayant accès à l'extérieur devraient être stérilisés avant toute reproduction (entre 6 mois et 1 an).

Les chiennes sont moins difficiles à contrôler mais leur stérilisation doit être envisagée principalement pour des raisons médicales (prévention des pathologies génitales et mammaires notamment). La décision et l'âge à laquelle l'intervention pourra être pratiquée sont à examiner au cas par cas.

Les chiens quant à eux, si ils sont correctement surveillés et qu'ils ne fuguent pas, peuvent être stérilisés plus tardivement, les pathologies les concernant intervenant généralement au cours de la seconde moitié de leur vie. L'intérêt de la castration sera lui aussi examiné au cas par cas. L'exception concerne les mâles dont les 2 testicules ne seraient pas descendus dans le scrotum, pour ces animaux dits cryptorchide ou monorchide l'intervention doit être réalisée au plus tard à l'âge de 3 ans car le risque de cancer du testicule mal positionné est très important.

... mais aussi aux Nouveaux Animaux de Compagnie!

Les furettes de compagnie pour les raisons évoquées précédemment doivent impérativement être stérilisées avant leur 1ere chaleur ou après l'arrêt chimique de celle-ci. Pour les mâles il s'agit plus d'un acte de confort, en effet les mâles stérilisés sentent moins forts et sont moins agressifs et moins fugueurs. Pour cette espèce une alternative à la chirurgie existe et est désormais recommandée.

Les lapines sont elles aussi très sujettes aux pathologies génitales avec en tête le carcinome utérin et il est recommandé de les faire stériliser assez jeune (entre 6 mois et 1an). Les lapins sont quant à eux également stérilisés soit par confort pour le propriétaire (évite les jets d'urine, calme l'excitation sexuelle) soit pour empêcher toute reproduction et limiter les agressions en cas de cohabitation entre plusieurs lapins.

Les cochons d'Inde femelle sont les championnes du kyste ovarien qui ont pour traitement la stérilisation mais nous n'avons pas encore pour habitude de les stériliser de manière préventive. Les mâles peuvent être castrés en cas de cohabitation avec une femelle pour éviter la reproduction.

La stérilisation des autres rongeurs est réalisée principalement lorsqu'il existe un problème de reproduction.

Les arguments "contre"

Contre-indications

La stérilisation précoce des chiennes est contre-indiquée lorsqu'elles présentent une inflammation du vagin (vaginite de la chienne prépubère), ou un développement insuffisant de leur appareil génital (vulve barrée). Dans ces deux cas de figure, les modifications anatomiques de l'appareil génital qui se produisent lors des premières chaleurs sont curatives, et il convient donc d'attendre la fin du premier cycle de chaleur pour effectuer la chirurgie. Un contrôle sera donc systématiquement effectué avant l'opération.

Il n'existe pas de contre-indication médicale à la stérilisation après la puberté, en revanche il peut exister des contre-indications individuelles à l'anesthésie ou à la chirurgie. 

Inconvénients et complications

Chez les mâles comme chez les femelles, l'inconvénient le plus répandu de la stérilisation est la prise de poids. En effet, la stérilisation modifie le métabolisme de votre animal ce qui se traduit par un plus grand stockage des graisses. Il est donc nécessaire de surveiller ensuite sa prise de poids par des pesées régulières, et en cas de prise de poids excessive de contrôler son alimentation de façon plus stricte.  

Les modifications comportementales existent (animal plus casanier, moins bagarreur, moins excité) mais ne sont pas systématiques, d'autant moins lorsque la stérilisation se produit à un âge avancé. La stérilisation ne change pas le caractère de votre animal et n'est pas non plus le remède à tous les maux, bien que l'on puisse la préconiser lors de comportements inadaptés.

Certaines chiennes (1,7 à 20% selon les études) peuvent présenter une incontinence urinaire dite post-stérilisation. Certaines races semblent prédisposées (dobermann, rottweiller, braque de Weimar, etc) tandis que d'autres sont moins touchées (labrador, berger allemand), globalement les petites races sont plus épargnées par ce problème. Cette complication pour le moins gênante peut être traitée grâce à des traitements dont l'administration doit être maintenue à vie. 

Enfin la stérilisation, même tardive, semble augmenter faiblement le risque de certaines affections ostéoarticulaires (dysplasie chez le mâle, rupture du ligament croisé crânial), ainsi que certains cancers rares.

Mythes

- stérilisation précoce et taille adulte : contrairement à certaines idées encore fréquemment répandues, la stérilisation précoce ne risque en aucun cas de stopper la croissance. C'est même l'inverse qui se produit puisque la fermeture des plaques de croissance est sous influence hormonale, les animaux stérilisés avant la puberté peuvent avoir une taille légèrement plus élevée.  

- besoin physiologique d'avoir des relations sexuelles et/ou une portée : il s'agit là d'un mythe encore bien ancré dans l'inconscient humain, et dont la seule explication est purement anthropomorphique. L'élevage d'une portée ne leur apporte rien non plus, ce n'est que l'instinct de pérennité de l'espèce qui les pousse au coït en période de chaleurs, en aucun cas l'hypothétique plaisir d'avoir une descendance. Comme évoqué plus haut une gestation comporte des risques surtout si elle se produit très tôt (les chattes peuvent être en chaleurs dès 5 mois!) De plus une femelle immature sera incapable de s'occuper correctement des apprentissages de base pour ses petits, ce qui peut entraîner chez eux de graves problèmes comportementaux (syndrome d'hypersensibilité hyperactivité par déficit d'apprentissage des auto-contrôles).  

En quoi consiste la stérilisation de nos animaux de compagnie ?

Stérilisation chirurgicale

La stérilisation consiste à retirer les organes reproducteurs soit ovaires ou testicules. Nous ne réalisons pas (sauf très rare exception) de vasectomie ou de ligature des trompes dont le seul intérêt serait d'empêcher la reproduction mais qui ne présentent aucun autre intérêt d'ordre médical ou comportemental.

Les mâles se verront donc démunis de leurs 2 testicules et les femelles soit de leurs 2 ovaires soit également de leur utérus (obligatoire chez la lapine, facultatif chez la chienne et la chatte jeunes).

L'opération se déroule évidemment sous anesthésie générale et nous apportons une attention particulière à la gestion de la douleur per et post opératoire.

Stérilisation médicale

Concernant les furets mâle ou femelle, l'alternative consiste à poser un implant sous la peau (Suprelorin®). Cet implant a une durée de vie limitée et la stérilisation devient de ce fait réversible (ce qui peut être un effet recherché notamment chez le chien). Chez les furets l'intérêt de l'implant serait de diminuer le risque d'apparition de la maladie surrénalienne, très fréquente lors de stérilisation chirurgicale précoce.

La pilule et les injections hormonales

A ne pas confondre avec l'implant (Suprelorin®) évoqué au paragraphe précédent. Il s'agit de l'administration orale (pilule) ou injectable d'hormones à la chienne ou la chatte. Ce mode de contraception est fortement déconseillé dans ces deux espèces :

- l'administration orale n'est pas forcément fiable : certaines chattes notamment sont très douées pour rejeter le comprimé hors de la vue de leur maître

- l'administration à une femelle gestante peut provoquer des momifications des foetus, avec un risque important pour la mère.

- l'effet est de courte durée, l'administration doit donc être répétée souvent

- enfin l'administration répétée et régulière de ses substances a été reconnue comme augmentant de façons significative les risques de pyomètre (infection utérine pouvant être très rapidement mortelle) ainsi que de tumeurs utérines et mammaires.

Pour ces raisons nous ne pratiquons pas ce mode de contraception et vous déconseillons de l'utiliser. 

Quand stériliser?

A quel âge?

- Chiens et chats : si outre-atlantique la stérilisation très précoce (dès 10 semaines) des chiots et chatons est la règle, en Europe on préfère généralement attendre qu'ils aient au moins 6 mois. La méthode américaine ne semble pas augmenter de façon significative les risques anesthésiques si le protocole est adapté, et peut donc être utilisée chez les chats mâles et femelles, ainsi que chez les chiennes de petites races. Elle diminue même le risque de survenue de tumeurs mammaires. En revanche elle est à proscrire dans les grandes races car elle augmente de façon très importante le risque de certains cancers (ostéosarcomes, lymphome chez le mâle), ainsi que celui de certaines affections ostéoarticulaires ; il convient donc de ne les stériliser qu'à partir d'un an.

- Pour les furettes, il est vital d'empêcher la survenue des premières chaleurs, qui a lieu au début du printemps qui suit l'année de naissance. Il faut donc stériliser ou implanter en janvier ou février.

- La stérilisation des lapines est recommandée entre 6 mois et 1 an.

Saisonnalité

Cela concerne les chats mais aussi les furets et certains rongeurs (chinchilla, etc). De manière non systématique mais tout de même assez marqué, les chaleurs des femelles cessent à l'automne pour reprendre lorsque les jours rallongent dès janvier, c'est pourquoi on ne trouve que peu de chatons à l'adoption à Noël alors qu'ils sont très nombreux en fin d'été et automne... 

Pour une jeune chatte née dans l'année, la date de survenue de ses premières chaleurs dépendra donc à la fois de son développement physiologique (en général la puberté survient vers 7 mois mais elle peut être plus précoce dès 5 mois), mais aussi de la saison! Si elle est née un peu tard dans la saison (septembre par exemple), ses premières chaleurs pourront apparaître dès l'âge de 5 mois, par contre si elle est née en mai elle peut n'être pubère qu'à l'âge de 8-9 mois, il est donc conseillé de les faire stériliser en début d'hiver (novembre ou décembre) afin qu'elles aient suffisamment grandi, mais avant d'avoir l'occasion de fuguer sous l'influence de leurs nouvelles hormones. En effet, l'ovulation chez la chatte (et chez la lapine) est déclenchée par l'accouplement et supprime rapidement le comportement de chaleurs. Une minette peut donc être en chaleur, s'échapper, et revenir gestante sans que vous n'ayiez rien remarqué! La gestation n'est pas une contre-indication absolue à la stérilisation pendant le premier mois, en revanche en deuxième partie le développement de l'utérus et des vaisseaux sanguins compliquent la tâche du chirurgien et augmentent les risques pour la mère.

Pour les matous, la problématique est la même. Si la date de leur puberté se situe également vers 7 mois, ce sont les chaleurs des minettes qui déclencheront les comportements à risque comme la fugue (et le risque de passer sous une voiture) ou la contamination sida/leucose. Les castrer également avant janvier diminue le risque majeur qu'est cette première saison des amours.

Comment cela se passe-t-il en pratique?

Jeun préopératoire

Le jeun préopératoire est la règle dans la plupart des espèces afin de supprimer les risques de fausse déglutition en cas de vomissement. Le lapin fait exception à cette règle car il ne vomit pas, et le furet comme les très jeunes chiens et chats doivent respecter un jeûn de quelques heures seulement car leur transit est très rapide et le risque d'hypoglycémie réel en cas de jeun prolongé. 

Nous pouvons, si vous le souhaitez, hospitaliser votre animal la veille au soir, et nous charger ainsi nous-même de les garder à jeun pour le lendemain matin si c'est nécessaire. Si vous préférez qu'il passe la nuit chez vous, en l'absence de contre-indication il pourra manger et boire normalement jusqu'à 21h, il faudra lui retirer sa nourriture pour la nuit (et bien entendu le garder à l'intérieur!), l'eau peut n'être retirée qu'au petit matin. Pensez à bien faire faire ses besoins à votre animal avant de l'emmener au cabinet pour la journée.

Bilan préanesthésique

Il peut être effectué avant la chirurgie. La biochimie nous permet d'évaluer le risque anesthésique et la capacité de récupération de votre animal et donc d'adapter le protocole anesthésique. La numération-formule sanguine (globules rouges, globules blancs et plaquettes) nous permet de vérifier l'absence d'anémie ou d'inflammation et nous donne également une bonne indication sur les capacités de coagulation de votre animal. Si votre animal est en bonne santé, le bilan sanguin nous permet d'enregistrer les valeurs de référence de votre animal, ce qui garantit ultérieurement un suivi personnalisé de sa santé.

Faire d'une pierre deux coups

Nous pouvons également profiter de l'anesthésie pour effectuer d'autres actes tels que le dépistage leucose/sida chez le chat, ou encore l'identification par puce électronique ou tatouage.

Suivi post-opératoire

Après la chirurgie il faut quelques heures pour que les effets de l'anesthésie s'estompent, durant lesquelles votre animal sera sous haute surveillance au cabinet. Il pourra sortir à partir de 16h, et en fonction de son état de réveil l'alimentation pourra être reprise dès le soir, sinon le lendemain matin. En fonction de la chirurgie vous aurez des anti-douleurs et parfois des antibiotiques à administrer pendant quelques jours, mais ce n'est pas systématique. La plaie chirurgicale devra faire l'objet d'une surveillance journalière pendant 12 jours, et il faudra éviter à tout prix que votre animal ne la lèche, en faisant si nécessaire usage d'une collerette. Le retrait des points n'est pas systématique (nous utilisons la plupart du temps des fils résorbables ne nécessitant pas de retrait) mais une visite de contrôle est possible sans surcoût. Les mouvements de votre animal devront être restreints les premiers jours afin de permettre une bonne cicatrisation : sorties en laisse pour les chiens, maintien à l'intérieur pour les chats.

 

Nous sommes à votre disposition, n'hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire ou pour étudier le cas particulier de votre animal...

Dernière modification le vendredi, 04 novembre 2016 22:30
Plus dans cette catégorie : « L'obésité chez le chien et le chat

Horaires d'ouverture

  • time Lundi et Vendredi : 9h-12h et 14h-20h
  • time Mardi, Mercredi et Jeudi : 9h-12h et 14h-18h
  • time Samedi : 9h-12h

Suivez Nous

Plan d'accès

Contactez Nous

  • homeCabinet Vétérinaire
  • phone04 50 05 07 20
  • mobile-phone04 50 22 24 24
    En cas d'urgence médicale grave, en dehors des heures d'ouverture
  • mailcabinet@veterinairelesemnoz.fr
  • map100 Chemin des Prés Bouvaux, 74600 SEYNOD